Sommaire / Indice

Lila Ibrahim, L’exil dans trois romans francophones du Maghreb: déclinaisons d’une écriture

Michel Philippon, Paul Valéry face à l’Allemagne

Robert Jouanny, Aux sources du lyrisme de Senghor: Les poèmes perdus

Bernard PouderonEnnoia la bienveillante, Hélène épouse de Simon, et la Thaïs d’Anatole France

Lila Ibrahim, L’exil dans trois romans francophones du Maghreb: déclinaisons d’une écriture
S’appuyant sur une tradition de l’exil religieux et historique, T. Ben Jelloun, R. Boudjedra et M. Tlili traduisent dans leurs romans le mal-être d’une société, les ambivalences d’une culture incertaine et les modulations d’une écriture transitoire. Rupture et révolution, l’exil suscite et entretient une mise en questionnement totale de l’errant, de son apparence, de son passé proche et lointain, collectif et individuel. Le personnage dont l’exil s’apparente à une quête de vérité se doit d’abdiquer une part de lui-même, faire le deuil d’une vision nostalgique ou utopique de son être et de son espace familier pour s’engager dans l’universel. Les personnages de Ben Jelloun et de Tlili, contrairement au voyageur analphabète de Boudjedra, dépassent enfin leur condition d’exilé et sortent de leur prison intérieure en se forgeant une langue neuve.

Michel Philippon, Paul Valéry face à l’Allemagne
Intellectualiste presque solipsiste, Valéry ne peut que se méfier de l’Allemagne, patrie du romantisme. Toutefois, analyste rigoureux, il admire la méthode dont ce peuple s’est rendu capable. Ignorant complètement la langue, il peut être dévot de Wagner et sectateur naturel de Nietzsche. Son éloge de Goethe relève largement de l’autoportrait, mais l’aveuglement dont il fait preuve à l’égard de Rilke dénonce les limites de l’intelligence pure.

Robert Jouanny, Aux sources du lyrisme de Senghor: Les poèmes perdus
Senghor avait toujours dit qu’il avait détruit ses premiers poèmes. Mais dans l’édition de 1990 de ses poésies complètes, les lecteurs ont eu la surprise de découvrir, sous le titre de Poèmes perdus, plus de vingt poèmes inédits. Ils n’ont évidemment pas la qualité des poèmes de la maturité, mais ils présentent un intérêt relatif à la genèse de l’œuvre senghorienne. Ils apparaissent comme des témoignages sur les lectures et les apprentissages du poète. En même temps, même si l’Afrique y est peu présenté, ils font entendre les échos d’une nostalgie inavouée et, parfois, des cris de colère, des élans lyriques, des associations d’images qui sont déjà riches de promesses. De précieux documents, donc, sur l’œuvre à venir.

Bernard PouderonEnnoia la bienveillante, Hélène épouse de Simon, et la Thaïs d’Anatole France
Le roman Thaïs d’Anatole France contient deux mythes gnostiques mis dans la bouche de Zénothémis. Le premier relate la création du monde d’en-bas par l’éon Eunoia et la faute des anges, une sorte de péché originel, que suivent la mission salvatrice et la déchéance d’Eunoia, identifiée à la courtisane Thaïs; le second évoque le conflit du Serpent créateur, Dieu pétri de lumière et d’amour, avec le Dieu jaloux, Iaveh, dont les hommes font les frais. L’auteur part à la recherche des sources d’Anatole France, antiques (mythes simonien et valentinien d’Ennoia-Hélène dans un cas, syncrétisme débridé dans l’autre) et modernes (les historiens Matter, Amélineau, Renan), et montre combien le romancier a dénaturé l’esprit même du gnosticisme, essentiellement pessimiste, dont il a fait une religion d’amour, implicitement opposée au pessimisme chrétien, qui condamne et réprime la chair.

Notes et commentaires/Note e rassegne

Alberto Casadei, Ancora su la Bataille de Pharsale e le arti figurative

Paola Ruggeri, Un’indiana racconta: autobiografia e finzione a confronto

Patrizia Oppici, Balzac e Sue: tematica filantropica e problemi intertestuali

René Godenne, Les textes courts d’Alexandre Dumas

Comptes rendus/Recensioni

Solitudes, écriture et représentation (Simona Mambrini)

D. BoudreauHistoire de la littérature amérindienne au Québec (Paola Ruggeri)

Le roman chevaleresque tardif (Francesco Benozzo)

C. ImbroscioL’utopie à la dérive. Sur les compromissions vitales du lieu utopique (Barbara Giannerini)

M. YourcenarLettres à ses amis et quelques autres (Gianni Poli)

An., Journal d’un novice ou/ovvero Diario di un novizio, (Sergio Poli)

Notes de lecture/Pubblicazioni ricevute e schede

Actualités/Notiziario

Pubblicato con contributi del Ministero dell’Università e della Ricerca Scientifica e Tecnologica, e dell’Università di Bologna. Lavori eseguiti con un contributo del CNR.