49
Automne / Autunno 2005

Lectures et écritures haitiennes

sous la direction de

Alba Pessini ed Elena Pessini

Lire ce numéro sur JSTOR
Leggere questo numero su JSTOR

Sommaire / Indice

Alba Pessini, Elena Pessini, Présentation

Yves Chemla, Louis-Joseph Janvier, écrivain national

Jean Jonassaint, De la complexité caraïbéenne: notes sur une impasse théorique

Maximilien Laroche, Jeu et engagement dans Gouverneurs de la rosée de Jacques Roumain

Alessandro Costantini, Un français bâtard quelque peu bruni sous les tropiques

Lucienne J. Serrano, La dérive du plaisir dans La Danse sur le volcan et Amour, Colère et Folie de Marie Vieux-Chauvet

Alba Pessini, L’œuvre romanesque de Lyonel Trouillot, la violence dans tous ses états

Laënnec Hurbon, Mondialisation et mutations des cultures: le destin de la francophonie en Haïti

Yves Chemla, Louis-Joseph Janvier, écrivain national
Né à Port-au-Prince en 1855 et mort à Paris en 1911, Louis-Joseph Janvier aura passé la majeure partie de son existence en dehors d’Haïti. Publiée au tournant du siècle, son œuvre, qui ne fut pas toujours bien accueillie dans son pays, demeure, bien que souvent citée, en grande partie méconnue, malgré son ancrage, exceptionnel pour l’époque, dans les réalités haïtiennes. Elle s’oriente suivant deux axes : d’une part, la défense du caractère singulier de l’existence d’Haïti, contre les menées impérialistes des puissances occidentales ; d’autre part, la critique de la discursivité politique et sociologique haïtienne. Janvier n’a eu de cesse d’explorer le spectre défini par cette double perspective, dans des registres génériques différents : son œuvre se déploie dans des ouvrages de médecine, de droit constitutionnel, d’anthropologie, de sciences politiques, mais touche aussi à l’histoire, au roman, voire au pamphlet. Elle semble en définitive animée de la volonté de parvenir à ancrer son écriture dans un discours haïtien, insoumis à la clôture occidentale, et de fonder, à la suite de ses prédécesseurs, une écriture résolument nationale.

Jean Jonassaint, De la complexité caraïbéenne: notes sur une impasse théorique
L’hétérogénéité et la complexité des ensembles caraïbéens (littéraires ou non) permettent difficilement des études globales au-delà d’une période limitée et d’une aire linguistique ou historique circonscrite. C’est ce qui est démontré ici par l’analyse de deux romans contemporains avec des visions différentes (sinon divergentes) de la Caraïbe: Amour de l’Haïtienne Marie Chauvet – le premier texte de sa trilogie Amour, Colère et folie (1968); et Pluie et vent sur Télumée Miracle de la Guadeloupéenne Simone Schwarz-Bart (1972).

Maximilien Laroche, Jeu et engagement dans Gouverneurs de la rosée de Jacques Roumain
La vie de militant de Jacques Roumain tout autant que les thèmes de son œuvre, en poésie comme en prose, lui ont valu une réputation bien méritée d’écrivain engagé. On néglige cependant, en lisant Gouverneurs de la rosée, de tenir compte de la part du ludique dans l’art de Roumain. Jeu, engagement et esthétique dans «Gouverneurs de la rosée» relira ce roman pour souligner, non seulement l’importance du jeu, mais la relation entre jeu et engagement qui est sans doute à la base de l’esthétique de Roumain et ce qui lui donne sa force de séduction.

Alessandro Costantini, Un français bâtard quelque peu bruni sous les tropiques
L’originalité de la langue de Jacques Roumain est ici considérée d’un double point de vue ou selon une double finalité. D’un côté, en la situant dans sa perspective historique, comme un résultat original, atteint par un créateur littéraire, mais qui découle d’une situation linguistique originale plus générale – nationale – et plus ancienne. De l’autre, en menant une sorte d’enquête philologique, historico-linguistique et sémiotico-littéraire, pour retracer les parcours possibles qui, de la culture coloniale dominguoise du XVIIIe siècle, et à travers la culture créole des anciens esclaves noirs après l’Indépendance de 1804, ont amené à l’apparition/création de la locution d’auteur – et titre célèbre – «gouverneurs de la rosée».

Lucienne J. Serrano, La dérive du plaisir dans La Danse sur le volcan et Amour, Colère et Folie de Marie Vieux-Chauvet
Deux romans de Marie Vieux-Chauvet sont analysés dans la perspective de la notion de plaisir formulée par Freud, où le plaisir va vers son au-delà, pour rejoindre le déplaisir, l’angoisse et la mort. Dans La Danse sur le volcan, Minette, première affranchie à se produire sur la scène de Port-au-Prince, transforme sa victoire artistique en une lutte afin de s’inscrire contre le système esclavagiste. Dans Amour, Colère et Folie, les personnages sont confrontés à une oppression socio-culturelle et politique dans Colère et Folie; la dérive du plaisir les mène à la haine, la folie et la mort. L’écriture de Marie Vieux-Chauvet est éloquente dans sa dénonciation de l’aspect mortifère qu’a pu revêtir le pouvoir en Haïti à l’époque esclavagiste et duvaliériste. Ses textes sont le long cheminement d’une tragédie du désir qui démontre, dans ses rouages psychiques, combien le privé et l’intime sont tributaires du public et du politique.

Alba Pessini, L’œuvre romanesque de Lyonel Trouillot, la violence dans tous ses états
Bon nombre d’auteurs haïtiens se sont appliqués à souligner la violence qui façonne la société haïtienne depuis sa création, ainsi que son histoire dont les étapes d’hier et d’aujourd’hui ne cessent de nous soumettre les affres. Pour cette analyse de la violence, l’œuvre de Lyonel Trouillot nous paraît être emblématique dans la mise en scène de ses différentes facettes: une violence venue d’en haut, celle du pouvoir, qui se manifeste de préférence dans l’espace urbain, à laquelle se juxtapose une violence moins percutante, celle du milieu bourgeois, qui ronge l’individu de l’intérieur, mais aussi une violence plus crue, affichée, brutale, sanglante qui se révèle dans le huis-clos misérable d’une pièce exiguë d’un bidonville port-au-princien.

Laënnec Hurbon, Mondialisation et mutations des cultures: le destin de la francophonie en Haïti
La mondialisation tend vers le nivellement des cultures et l’imposition du néo-libéralisme. Mais elle implique la stimulation des luttes contres les inégalités sociales et pour l’universalisation effective de la démocratie. Haïti, microcosme, voit dans la francophonie son propre patrimoine, alors que le pays avait rejeté le premier la domination coloniale française, le racisme et l’esclavage. Le destin de la francophonie en Haïti passe par une inscription de son action dans le champ des droits humains et par l’appui au pluralisme linguistique et culturel, qui est la marque de la société haïtienne, dans laquelle la langue créole est parlée par toute la population, mais a encore besoin d’un soutien pour consolider son statut de langue écrite et entrer dans le champ scolaire.

Interviews et inédits/Interviste e inediti

Roberta Campana, Entretien avec Gérard Étienne

Louis-Philippe Dalembert, Mystère

Jean Métellus, Dans l’attente

Jean Métellus, Le Cahier bleu

Jean Métellus, Aujourd’hui

Jean Métellus, Prière

Jean Métellus, Désir

Jean Métellus, Songe

Jean Métellus, La Lavandière

Jean Métellus, La Fièvre

Anthony Phelps, Le régiment

Anthony Phelps, Les dits chiffrés

Notes de lecture/Schede

Pubblicato con contributi dell’Università di Bologna.

2017-10-05T17:24:36+00:00