57
Automne / Autunno 2009

Fragments critiques de littérature québécoise 

Lire ce numéro sur JSTOR
Leggere questo numero su JSTOR

Sommaire / Indice

Veronica Cappellari,  L’immigrant et l’amérindien: deux nouvelles voix sur la scène québécoise

Juline Hombourger, Le travail du négatif dans l’oeuvre de Réjean Ducharme: la polarité dire/faire

Philippe Mottet, Prolégomènes à une typologie de la chute dans la nouvelle québécoise

Sonia Musella, L’imaginaire japonais et ses contradictions chez Aki Shimazaki et Asuka Fujimori: deux écrivains francophones d’origine nippone

Catherine Paré, La traduction du théâtre québécois en Italie

François Provenzano, Casgrain, Lareau, Roy et la génèse de l’historiographie littéraire au Québec: analyse comparée de l’efficace discursive

Julie Anne Rodgers, La relation mère-fille dans La femme de ma vie de Francine Noel

Piotr Sadkowski, Les écritures migrantes et le récit odysséen: Pays sans chapeau de Dany Laferrière

Dorthe Vansgaard Nielsen, L’interférence générique dans l’écriture contemporaine au Québec tendances et exemples  

Veronica Cappellari,  L’immigrant et l’amérindien: deux nouvelles voix sur la scène québécoise
À la fin des années 1970, alors que la dramaturgie québécoise francophone privilégie une thématique intimiste, on assiste à l’émergence de corpus qui explorent, eux, une expérience de l’altérité propre aux membres des communautés culturelles vivant une coexistence problématique avec la majorité québécoise dite de souche. Cet article propose une présentation des corpus qui rassemblent respectivement les œuvres d’auteurs migrants et celles des dramaturges amérindiens. La démarche des figures marquantes de l’écriture théâtrale de l’altérité est examinée à la lumière des pièces les plus représentatives et de leurs la diffusion contrastée – reconnaissance à plein titre pour les auteurs migrants versus circulation confidentielle des pièces amérindiennes, à l’exception notable des productions du Théâtre Ondinnok.

Juline Hombourger, Le travail du négatif dans l’oeuvre de Réjean Ducharme: la polarité dire/faire
Le travail du négatif est un phénomène explicité en psychanalyse, par Freud ainsi que par ses successeurs et, en philosophie, notamment par Hegel. Son large champ définitionnel peut concorder sur un point: son mouvement, l’instabilité qu’il procure à son sujet et l’ouverture des perspectives qu’il offre grâce à un rapport polaire entretenu avec le positif. Cette dynamique peut-elle rendre compte, dans les limites de ses possibilités, d’une véritable esthétique? Ducharme n’est-il pas un de ces créateurs-funambules qui travaille au sein de l’envers afin de mieux signifier l’endroit? Où agit le négatif ducharmien? Nous proposons d’illustrer cette idée à travers la polarité dire/faire.

Philippe Mottet, Prolégomènes à une typologie de la chute dans la nouvelle québécoise
L’essai de typologie de la chute dans les nouvelles québécoises, qu’on entreprend ici, concerne le problème de l’approche méthodologique à adopter dans l’analyse de cet élément constitutif de la nouvelle. Élément encore incertain aussi bien dans le domaine de la critique que dans celui de la pratique contemporaines.

Sonia Musella, L’imaginaire japonais et ses contradictions chez Aki Shimazaki et Asuka Fujimori: deux écrivains francophones d’origine nippone
Cet article présente, dans une perspective comparatiste, la production romanesque de deux auteures francophones d’origine japonaise: Aki Shimazaki et Asuka Fujimori. Il est articulé en trois temps: portrait des écrivaines et aperçu du corpus; analyse de leur rapport avec la langue française (bilinguisme versus acquisition tardive) et de ses répercussions sur le plan identitaire et scriptural; analyse des rapports (entre continuité et rupture) que Shimazaki et Fujimori entretiennent avec la tradition nippone. À l’issue de cette étude, il apparaît que, chez Shimazaki, la langue française permet une prise de distance apte à l’éclosion du questionnement, tandis que chez Fujimori, elle est l’instrument d’une cruauté ludique et provocatrice; dans les deux cas, le récit progresse sur un fond de critique sociale plus ou moins flagrante.

Catherine Paré, La traduction du théâtre québécois en Italie
Cet article, basé sur une recherche documentaire aussi approfondie que possible des traductions italiennes de pièces québécoises, aborde, dans une perspective diachronique, les différentes modalités de diffusion du théâtre québécois en Italie. Il ressort du panorama ainsi dessiné que le rayonnement de la dramaturgie québécoise est principalement tributaire des réseaux de metteurs en scène et des compagnies théâtrales, les milieux universitaire et littéraire y contribuant de manière moins évidente.

François Provenzano, Casgrain, Lareau, Roy et la génèse de l’historiographie littéraire au Québec: analyse comparée de l’efficace discursive
L’historiographie littéraire se définit à la fois comme une pratique sociale et comme une pratique discursive aux caractéristiques particulières. Dans le Québec du dernier tiers du xixe siècle et du début du xxe siècle, elle a constamment accompagné le processus d’émergence de la littérature. Ses principaux représentants, parmi lesquels Edmond Lareau, Henri-Raymond Casgrain et Camille Roy, chercheront à situer à la fois historiquement, sociologiquement et géographiquement l’ensemble littéraire national, tout en tentant de répondre aux enjeux personnels ou socio-politiques propres à leur contexte d’énonciation. Un examen comparé des deux premiers auteurs sélectionnés mettra en évidence les paradoxes face auxquels se voient confrontés leurs discours, tandis que le projet de «nationalisation» prôné quelques décennies plus tard par Camille Roy sera saisi dans son efficace historiographique, que nous définirons comme un ajustement du profil de l’énonciateur aux conditions de production de son discours.

Julie Anne Rodgers, La relation mère-fille dans La femme de ma vie de Francine Noel
Dans cet article, les diverses facettes de la relation mère-fille telle qu’elle se donne à lire dans le récit autobiographique La Femme de ma vie (2005) de Francine Noël sont examinées à la lumière des principales études féministes consacrées, en tout ou en partie, à cette relation. Ce parcours analytique, qui aborde des thèmes tels que l’idéalisation de la mère pendant l’enfance, la triade révolte/désir de se différencier/culpabilité propre à l’adolescence, les tabous corporel et sexuel, le dirigisme maternel etc., illustre ainsi comment l’écrivaine québécoise conjugue au singulier ce lien puissant marqué par l’ambivalence – un lien qui, chez Noël, constitue le fondement même du projet d’écrire son récit.

Piotr Sadkowski, Les écritures migrantes et le récit odysséen: Pays sans chapeau de Dany Laferrière
Au sein des écritures migrantes au Québec et en France se fait observer une catégorie de textes que nous proposons d’appeler récit odysséen. La figure d’Ulysse, évoquée à maintes reprises comme un emblème des écritures migrantes, connote parallèlement un errant et un conteur qui, avant de parvenir au bout de son voyage expérimente son identité à travers des actes narratifs. Par récit odysséen on entend ici des fictions et/ou autofictions qui racontant le retour (réel ou imaginaire) d’un exilé au pays natal, thématisent, explicitement ou métaphoriquement, le processus d’écriture en tant que moyen d’une réappropriation identitaire. Dans cet article, Pays sans chapeau de Dany Laferrière, est analysé comme un exemple du récit odysséen qui associe des références intertextuelles homériques avec d’autres qui situent ce roman dans la tradition littéraire haïtienne.

Dorthe Vansgaard Nielsen, L’interférence générique dans l’écriture contemporaine au Québec tendances et exemples
Il s’agit dans cet article d’éclairer de quelle façon la dramaturgie québécoise des vingt dernières années en général, et les textes dramatiques de Daniel Danis et de Normand Chaurette en particulier, sapent le modèle canonique qui, au Québec, a longtemps servi de matrice sur laquelle les dramaturges ont moulé le grand récit national. L’article montre comment les œuvres dramatiques récentes cherchent, par un procédé intergénérique, à transmettre la réalité intérieure et l’intime de l’individu, faisant ainsi succéder la dramaturgie intrasubjective et politiquement affranchie à celle de l’intersubjectivité et de l’affirmation nationale du collectif.

Comptes rendus/Recensioni

L. Dubreuil, L’état critique de la littérature, Paris, Hermann Éditeurs, 2009, (D. Catenaro Catenaro)

C. Baudelaire, I fiori del male, traduzione di G. Caproni, introduzione e commento di L. Pietromarchi, Venezia, Marsilio, 2008, (P. Tamassia)

G. Sand, Œuvres complètes: 1829-1831. George Sand avant Indiana, B. Didier (dir.), édition critique publiée par Y. Chategnaret, Paris, Champion, 2008, (M. Hecquet)

Pubblicato con contributi dell’Università di Bologna e del Dipartimento di Lingue e Letterature Straniere Moderne.

2017-03-27T15:04:24+00:00